Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du Monde.
- Albert Camus

Système de coûts


Introduction

Toute la vie d'une entreprise est intimement liée au sort qu'il est fait à son système de coûts.

1. Étude de cas


1.1. Tutoriel pratique

Grâce à l'ontologie "BASE" et aux requêtes proposées dans ce tutoriel, il est concrètement possible de pénétrer dans les différents processus de production de valeur à toutes les parties prenantes de l'Entreprise, et construire une représentation détaillée de son fonctionnement économique en calculant ses coûts.

1.1.1. Présentation :

L'ambition de tout système de calcul de coûts est d'expliquer comment les ressources acquises dans un environnement particulier et codifiées par la comptabilité financière sont mises en œuvre au sein de l'organisation. Cependant, la comptabilité financière capte les flux entrants et sortants, mais ne dit rien vraiment des processus internes assurant la conversion des ressources en objets.

C'est pourquoi, ce tutoriel contribuera également à créer ces objets destinés au flux financiers de l'environnement concerné sous la forme de requêtes RDF "INSERT" et de requêtes SPARQL.


1.2. Lancement d'un système de coûts

"La pertinence d’un tel système s’apprécie en fonction de sa contribution à la cohérence interne de l’organisation et de sa contribution à la cohérence des signaux qu’il émet avec les orientations stratégiques de l’organisation. De plus, la mobilisation de l’organisation autour de ce projet stratégique ne suffit pas à en assurer le succès mais constitue une condition nécessaire." - Pierre Mévellec - Le présent tutoriel est inspiré de son ouvrage "Les Systèmes de coûts: Objectifs, paramètres de conception et analyse comparée." publié chez Dunod en collaboration avec l'Ordre des experts comptables.


1.2.1. Illustration chiffrée

La période étudiée correspond au début de l’activité de l’entreprise xyz. Il n’y a pas de stock initial. Le formalisme de la présentation vise à éclairer l’articulation entre les ressources, les unités d’analyse et les objets de coût.

Schéma de base:
_schema_de_base_de_xyz

L’illustration est empruntée au monde industriel mais nous pourrions aisément transcrire les résultats au monde des services en imaginant la disparition des consommations des matières et des composants, et en traitant des charges de personnel. Enfin, l’activité est supposée stabilisée sur un régime de croisière. Cette hypothèse est retenue pour faciliter l’intégration des données financières requises par certains systèmes étudiés ci-après.

Le processus de production

Ci-dessous; la figure 1 présente le processus de production de l'entreprise xyz qui fabrique et vend cinq produits.

Le_compte_de_resul_de_xyz

Le compte de résultat:

Ci-dessous; le tableau 1 présente le compte de résultat (avant inventaire) de l'entreprise xyz pour la période de référence.

Le_compte_de_resul_de_xyz

(1) Il n'y a pas d'encours de production de S1 en fin de période.


1.2.2. Trois dimensions essentielles :

Chaque système de coûts étudié comportera une appréciation de sa pertinence se référant aux trois dimensions qui sont essentielles à tous les systèmes de coûts : 1) gestion des ressources, 2) dialogue avec l’environnement et 3) orientation des comportements etc.

1.2.3. La base de données :

   Les requêtes RDF "INSERT" suivantes qui constituent la base de données, ainsi que les requêtes SPARQL de la machine à calculer sont toutes téléchargeables!

Note: l'intégralité de la base de données de l'étude-de-cas est présentée sous la forme de tableaux à l'Annexe 1.

- La première requête RDF "INSERT" (au format .ttl) crée la nomenclature technique des produits. Ci-dessous; seul le produit P1 est montré en exemple:

# fichier à télécharger: xyz001.ttl

 couts:P1  couts:description "Produit1";
           couts:M1 0.2;
           couts:M2 0;
           couts:C1 1;
           couts:C2 0;
           couts:SST 0.
 

Remarque: veuillez-vous référer au Tableau 2 de l'annexe 1 pour de plus amples explications.


- La deuxième requête RDF "INSERT" (au format .ttl) crée la gamme opératoire des produits. Ci-dessous; seul le produit P1 est montré en exemple:

# fichier à télécharger: xyz002.ttl

 couts:P1 couts:OP1MA 2;
          couts:OP2MA 3;
          couts:OP3MACH 0;
          couts:OP4MA 1.5.
 

Remarque: veuillez-vous référer au Tableau 3 de l'annexe 1 pour de plus amples explications.


- La troixième requête RDF "INSERT" (au format .ttl) crée les volumes produits et vendus. Ci-dessous; seul le produit P1 est montré en exemple:

# fichier à télécharger: xyz003.ttl

 couts:P1 couts:a_pour_quantites_vendues 1000;
          couts:a_pour_quantites_produites 1000;
          couts:a_pour_prix_unitaire 400.
 

Remarque: veuillez-vous référer au Tableau 4 de l'annexe 1 pour de plus amples explications.


- La quatrième requête RDF "INSERT" (au format .ttl) crée l'évaluation de la consommation. Ci-dessous; seule la matière M1 est montrée en exemple:

# fichier à télécharger: xyz004.ttl

 couts:M1 couts:a_pour_prix_unitaire 12;
          couts:a_pour_quantites_consommees 28360;
          couts:a_pour_quantites_achetees 30000.
 

Remarque: veuillez-vous référer au Tableau 5 de l'annexe 1 pour de plus amples explications.


- La cinquième requête RDF "INSERT" (au format .ttl) crée le coût des opérations. Ci-dessous; seule l'opérations manuelle OP1MA est montrée en exemple:

# fichier à télécharger: xyz005.ttl

 couts:OP1MA couts:a_pour_prix_unitaire 15.60;
             couts:a_pour_nbr_heures_consommees 57000.
 

Remarque: veuillez-vous référer au Tableau 6 de l'annexe 1 pour de plus amples explications.


- La sixième requête RDF "INSERT" (au format .ttl) crée les caractéristiques des commandes. Ci-dessous; seules les commandes 1 et 2 sont montrées en exemple:

# fichier à télécharger: xyz006.ttl

couts:Commande1 couts:P1 50.

couts:Commande2 couts:P2 200;               couts:P3 100;               couts:P4 500.

Remarque: veuillez-vous référer au Tableau 7 de l'annexe 1 pour de plus amples explications.


- La septième requête RDF "INSERT" (au format .ttl) crée l'analyse des commandes clients. Ci-dessous; seule l'analyse du client 1 est montrée en exemple:

# fichier à télécharger: xyz007.ttl

couts:Client1 couts:P1 50;
              couts:P2 0;
              couts:P3 0;
              couts:P4 0;
              couts:P5 0.
 

Remarque: veuillez-vous référer au Tableau 8 de l'annexe 1 pour de plus amples explications.


- La huitième requête RDF "INSERT" (au format .ttl) crée l'articulation commandes/clients. Ci-dessous; seules les deux articulations de commandes des clients 1 et 2 sont montrées en exemple:

# fichier à télécharger: xyz008.ttl

couts:Client1 couts:a_commande Commande1.

couts:Client2 couts:a_commande Commande2;               couts:a_commande Commande6.

Remarque: veuillez-vous référer au Tableau 9 de l'annexe 1 pour de plus amples explications.




2. LES SYSTÈMES "CONVENTIONNELS"


Ci-dessous; les systèmes de coûts dits "conventionnels" sont au nombre de dix:
1 - La valeur ajoutée directe (VAD)
2 - La théorie des contraintes
3 - La méthode du coût variable
4 - Coût direct
5 - Coût complet simplifié
6 - Tous directs
7 - Méthode des centres de responsabilité hiérarchisé (méthode des centres d’analyse)
8 - La méthode des Unités de Valeur Ajoutée (UVA)
9 - La méthode des sections homogènes
10 - Méthode des sections homogènes multiniveaux

2.1. La valeur ajoutée directe (VAD)

2.1.1. Présentation générale

La « valeur ajoutée directe » (VAD) est avant tout une approche du fonctionnement des organisations économiques. Elle repose sur la distinction entre la société (les propriétaires financeurs) et l’entreprise (la fonction productive).
La fonction productive transforme des matières, des biens et services en produits (au sens générique). La différence entre les consommations externes et le chiffre d’affaires donne la valeur ajoutée directe. Cette richesse créée permet la rémunération des différentes parties prenantes à cette fonction de production la conservation du capital physique le solde étant disponible pour la société.
Dans le processus de transformation, la seule liaison directe qu’il est possible d’établir entre les inputs et les outputs se situe au niveau des matières, biens et services. Cette liaison s’exprime formellement sous la forme d’une nomenclature et est manipulable à l’unité de produit.

On peut écrire :
PVi – CEi = VADi
et
ΣVADi = VAD

Dans cette approche, le coût des produits se réduit aux consommations externes traçables aux produits V(CE).
Toutes les autres charges ont vocation à être gérées globalement, sans référence aux produits mais en relation avec la rémunération normale des parties prenantes concernées et à leur efficience (VAD/heure de travail).
Le système de coûts est formé de deux sous-ensembles disjoints, le coût des produits et le coût de la fonction productive.
Les seuls objets retenus sont les produits.

L’idée est ici de cerner la valeur ajoutée par l’entreprise, valeur ajoutée qui détermine le véritable périmètre de gestion au sein duquel se réalisent les arbitrages entre les différentes parties prenantes, tout spécialement entre le personnel et les apporteurs de capitaux.


2.1.2. Architecture

Le valeur ajoutée directe.

2.1.3. Critères de classement et de jugement

Caractéristiques de la famille de systèmes au regard des critères de structuration interne:

Unités d'analyse Préexistantes Nouvelles
Source des unités d'analyse produit
Homogénéités oui non
Transversalité oui non
Hiérarchisation oui non
Nature des bases d'allocation inputs outputs
Objet de coût unicité multiplicité

Important: dans ce systeme l’organisation n’est pas prise en compte comme source des unités d'analyse.


Pertinence au regard de la gestion des ressources:

Causalité Faible Forte
Traçabilité Limitée totale
Responsabilité Distincte Fortement liée

Pertinence au regard du dialogue avec l’environnement:

Cohérence avec la valeur intrinsèque oui
(à moitié)
non
Cohérence avec la valeur d’échange oui
(à moitié)
non
Cohérence avec la valeur utilité oui non

Pertinence au regard des comportements:

Lisibilité faible forte
Aide à l’utilisation incorporée faible forte

2.1.4. Calculs

La machine à calculer



Nous faisons usage des requêtes SPARQL de la machine à calculer mise en production pour connaître le coût matière (par produit) et ainsi pouvoir en déduire la valeur ajoutée directe.

- Voilà le résultat de la requête "2_1_A.rq" qui calcule le coût matière:

Coût matière P1 (€) Coût matière P2 (€) Coût matière P3 (€) Coût matière P4 (€) Coût matière P5 (€)
58,40 121,20 280,60 208,00 136,00

En comparant le prix de vente et le coût matière, nous obtenons donc la valeur ajoutée directe (VAD).

- Voilà le résultat de la requête "2_1_B.rq" qui calcule la VAD unitaire:

VAD unitaire P1 (€) VAD unitaire P2 (€) VAD unitaire P3 (€) VAD unitaire P4 (€) VAD unitaire P5 (€)
341,60 203,80 519,40 72,00 394,00

- Voilà le résultat de la requête "2_1_C.rq" qui calcule la VAD totale:

VAD totale P1 (€) VAD totale P2 (€) VAD totale P3 (€) VAD totale P4 (€) VAD totale P5 (€)
341 600 529 880 415 5200 1 512 000 21 670 000

- Voilà le résultat de la requête "2_1_D.rq" qui calcule le coût de la structure de production (sans consommations externes):

VAD totale globale (€)
"28 208 680"

- Voilà le résultat de la requête "2_1_E.rq" qui calcule la VAD totale globale (avec consommations externes):

VAD totale globale (€)
29 048 680

2.1.5. Le compte de résultat:

Aller au compte de résultat complet de l'exercice comptable



2.2. La théorie des contraintes

2.2.1. Présentation générale

Cette approche de la gestion des entreprises n’est pas centrée sur le calcul et la gestion des coûts mais bien plus sur la gestion de la trésorerie.

Son objectif est de saturer les contraintes de production de manière à augmenter le flux de production et partant de réduire les stocks (les encours) tout en générant plus de disponibilités.
Une action conjointe sur les charges de production complète l’accélération du flux de production et la réduction des besoins de financement dans le domaine des coûts.

L’idée est que le seul coût récupérable soit constitué par le coût des matières et composants. Les autres consommations de ressources n’apportent de valeur qu’au moment de la transaction avec le client, elles ne doivent donc pas être incorporées au coût des produits.
La marge sur coût matières doit couvrir l’ensemble des autres charges considérées comme fixes à court terme.


2.2.2. Architecture

Marge_sur_matiere

2.2.3. Critères de classement et de jugement

Caractéristiques de la famille de systèmes au regard des critères de structuration interne:

Unités d'analyse Préexistantes Nouvelles
Source des unités d'analyse produit
Homogénéités oui non
Transversalité oui non
Hiérarchisation oui non
Nature des bases d'allocation inputs outputs
Objet de coût unicité multiplicité

Important: dans ce systeme l’organisation (comme source des unités d’analyse) est réduite au goulot d’étranglement


Pertinence au regard de la gestion des ressources:

Causalité Faible Forte
Traçabilité Limitée totale
Responsabilité Distincte Fortement liée

Pertinence au regard du dialogue avec l’environnement:

Cohérence avec la valeur intrinsèque oui non
Cohérence avec la valeur d’échange oui non
Cohérence avec la valeur utilité oui non

Pertinence au regard des comportements:

Lisibilité faible forte
Aide à l’utilisation incorporée faible forte

2.2.4. Calculs

La machine à calculer



- Voilà le résultat de la requête "2_2_A.rq" qui calcule la marge sur coût matière par produit:

Marge matière P1 (€) Marge matière P2 (€) Marge matière P3 (€) Marge matière P4 (€) Marge matière P5 (€)
341,6 203,8 519,4 112 394,0

- Voilà le résultat de la requête "2_2_B.rq" qui calcule la marge totale par produit:

Marge totale P1 (€) Marge totale P2 (€) Marge totale P3 (€) Marge totale P4 (€) Marge totale P5 (€)
341 600 509 500 415 5200 2 224 000 19 700 000

2.2.5. Le compte de résultat:

Aller au compte de résultat complet de l'exercice comptable



2.3. La méthode du coût variable

2.3.1. Présentation générale

Le coût variable est une des variantes des coûts partiels. Le critère de sélection des charges à incorporer dans le périmètre de calcul de coûts étant la loi de comportement des consommations en fonction du volume des objets dont on cherche à calculer le coût. Cette contrainte limite le nombre d’objets à un, généralement le produit.

Les charges entrant dans le périmètre de calcul sont les matières premières, les composants, les emballages, la main d’œuvre directe, et certaines charges de distribution comme les commissions sur ventes.

La variabilité se mesure soit par rapport au volume physique (Q) soit par rapport au chiffre d’affaires (CA).
Dans le premier cas le coût s’exprime en valeur absolue; dans le second il s’exprime sous la forme d’un taux de charges.

Mpi + MODi + Ci = CVi
CV = CVi × Q
CV/CA = % cv

Avec:
Mpi = coût direct des matières incorporées au produit i
MODi = coût de la main d’œuvre directe nécessaire à la production du produit i
Ci = Autres charges variables
CVi = coût variable unitaire
CV = Coût variable total
CA = Chiffre d’affaires
% cv = taux de charges variables


2.3.2. Architecture

methode du cout variable

2.3.3. Critères de classement et de jugement

Caractéristiques de la famille de systèmes au regard des critères de structuration interne:

Unités d'analyse Préexistantes Nouvelles
Source des unités d'analyse produit
Homogénéités oui non
Transversalité oui non
Hiérarchisation oui non
Nature des bases d'allocation inputs outputs
Objet de coût unicité multiplicité

Pertinence au regard de la gestion des ressources:

Causalité Faible Forte
Traçabilité Limitée totale
Responsabilité Distincte Fortement liée

Pertinence au regard du dialogue avec l’environnement:

Cohérence avec la valeur intrinsèque oui non
Cohérence avec la valeur d’échange oui non
Cohérence avec la valeur utilité oui non

Pertinence au regard des comportements:

Lisibilité faible forte
Aide à l’utilisation incorporée faible forte

2.3.4. Calculs

La machine à calculer



Les charges variables réduites aux charges proportionnelles au volume produit et/ou vendu sont pour l'entreprise xyz au nombre de trois : les consommations, la main d’œuvre directe de production et les commissions sur vente et le coût de l’équipement réalisant l’opération automatique sur le poste 3. Toutes les autres charges sont exclues du périmètre de calcul de coût et se retrouvent directement au niveau du compte de résultat.

- Voilà le résultat de la requête "2_3_A.rq" qui calcule les consommations (unitaires) de matières par poste :

Consommation matière P1 (€) Consommation matière P2 (€) Consommation matière P3 (€) Consommation matière P4 (€) Consommation matière P5 (€)
58,40 121,20 280,60 208 136

- Voilà le résultat de la requête "2_3_B.rq" qui calcule les charges (unitaires) variables de production :

Charges Variables P1 (€) Charges Variables P2 (€) Charges Variables P3 (€) Charges Variables P4 (€) Charges Variables P5 (€)
91,20 42,00 119,50 33 127,60

- Voilà le résultat de la requête "2_3_C.rq" qui calcule le coût variable de distribution :

Commission P1 (€) Commission P2 (€) Commission P3 (€) Commission P4 (€) Commission P5 (€)
16 000 32 000 256 000 256 000 1 060 000

- Voilà le résultat de la requête "2_3_D.rq" qui calcule le coût variable totale :

Coût variable totale P1 (€) Coût variable totale P2 (€) Coût variable totale P3 (€) Coût variable totale P4 (€) Coût variable totale P5 (€)
165,6 176,2 432,1 253,8 284,8

- Voilà le résultat de la requête "2_3_E.rq" qui calcule la Marge sur coût variable :

Marge sur coût variable P1 (€) Marge sur coût variable P2 (€) Marge sur coût variable P3 (€) Marge sur coût variable P4 (€) Marge sur coût variable P5 (€)
234,4 148,8 367,9 66,2 245,2

- Voilà le résultat de la requête "2_3_F.rq" qui calcule la Marge globale :

Marge globale P1 (€) Marge globale P2 (€) Marge globale P3 (€) Marge globale P4 (€) Marge globale P5 (€)
234 400 372 000 2 943 200 1 324 000 12 226 000

- Voilà le résultat de la requête "2_3_G.rq" qui calcule la Marge (totale) globale :

Marge totale globale: (€)
17 133 600

Dans ce type de système, le critère déterminant est le taux de marge sur coût variable, que ce soit à l’unité ou globalement.
- Ci-dessous; le résultat de la requête "2_3_H.rq" qui le calcule :

Taux de marge
sur coûts variables:
(%)
42.29

2.3.5. Le compte de résultat:

Aller au compte de résultat complet de l'exercice comptable

Résultat comptable:

Les charges fixes s'élèvent à 11 566 600€, ainsi nous pouvons en déduire le résultat comptable suivant:

Marge sur coût variable 17 133 600 €
Charges fixes - 11 566 600 €
Résultat comptable = 5 567 000 €

Calcul du seuil de rentabilité:

La notion de seuil de rentabilité qui est souvent rattaché à l’étude du coût variable. Le seuil de rentabilité est la mesure du niveau d’activité nécessaire à la couverture des charges de période.

Charges fixes 11 566 600 €
Taux de marge
sur coûts variables
(42.3%)
/ 0,4229
Seuil de rentabilité = 27 350 674 €

NOTE: Ce résultat n’est obtenu qu’au prix de quelques hypothèses et doit être manipulé avec précaution.



2.4. Coût direct

2.4.1. Présentation générale

Dans les systèmes de coûts directs, l’analyse de la consommation des ressources s’opère en fonction de deux critères : les objets dont on veut calculer le coût et la causalité. Seules sont incluses dans le périmètre de calcul les ressources qui entretiennent un lien de causalité directe avec les objets. Si l’objet est unique et la loi de causalité proportionnelle, on retrouve un système de coût variable. Dans la plupart des cas, les objets et les lois de causalité sont multiples. De ce fait les unités d’analyse utilisées pour capter les ressources du périmètre doivent être hiérarchisées. La hiérarchisation est dictée par la hiérarchisation des objets eux-mêmes.

En dehors de la loi de proportionnalité, la spécificité est la relation causale la plus usitée.
La forme générique d’un coût direct est :
Cvi + CSi = CDi
Avec :
Cvi = coût variable unitaire
CSi = coût spécifique lié à l’objet
CDi = coût direct total des objets
On notera qu’en raison de l’existence de plusieurs lois de causalité pour un même objet, seul le coût global est porteur de sens pour la gestion. Il est possible de calculer un coût direct unitaire mais celui-ci, qui peut être fort utile pour le dialogue avec l’environnement (prix, devis) n’a de sens que pour le volume spécifique qui a été utilisé pour son calcul.

La marge qui est calculée par rapport à un coût direct est dite « contributive » car elle contribue à couvrir les charges hors périmètre.


2.4.2. Architecture

cout direct

2.4.3. Critères de classement et de jugement

Caractéristiques de la famille de systèmes au regard des critères de structuration interne:

Unités d'analyse Préexistantes Nouvelles
Source des unités d'analyse produit organisation
Homogénéités oui non
Transversalité oui non
Hiérarchisation oui
(si objets multiples)
non
Nature des bases d'allocation inputs outputs
Objet de coût unicité multiplicité
(si les unités d'analyse sont hiérarchisées)

Pertinence au regard de la gestion des ressources:

Causalité Faible Forte
Traçabilité Limitée totale
Responsabilité Distincte Fortement liée

Pertinence au regard du dialogue avec l’environnement:

Cohérence avec la valeur intrinsèque oui non
Cohérence avec la valeur d’échange oui non
Cohérence avec la valeur utilité oui non

Pertinence au regard des comportements:

Lisibilité faible forte
Aide à l’utilisation incorporée faible forte

2.4.4. Calculs

La machine à calculer



Pour calculer les coûts directs de revient, il faut traiter le problème globalement et non unitairement dans la mesure où certaines charges sont directes à l’unité et d’autres directes globalement.

Coûts de consommation

- Voilà le résultat de la requête "2_4_A.rq" qui calcule le coût global des consommations matières par poste de production:

Matières consommées P1 (€) Matières consommées P2 (€) Matières consommées P3 (€) Matières consommées P4 (€) Matières consommées P5 (€)
58 400 315 120 2 244 800 4 368 000 7 480 000


- Voilà le résultat de la requête "2_4_B.rq" qui calcule le coût global total des consommations matières:

Coût total
des consommations matières (€)
14 466 320

Coûts de process

- Voilà le résultat de la requête "2_4_C.rq" qui calcule le coût global des opérations "normales" de main-d'œuvre par poste de production:

Main-d'œuvre P1 (€) Main-d'œuvre P2 (€) Main-d'œuvre P3 (€) Main-d'œuvre P4 (€) Main-d'œuvre P5 (€)
91 200 109 200 596 000 693 000 2 068 000

- Voilà le résultat de la requête "2_4_D.rq" qui calcule le coût global total des opérations "normales" de main-d'œuvre par poste de production:

Coût total
des opérations de
Main-d'œuvre (€)
3 557 400

Le coût de process est modifié par rapport à l’utilisation habituelle de la gamme opératoire. Il s’avère que les opérations robotisées OP3MACH (MACHINE) sont individualisables car réalisées sur du matériel spécifique. De plus, il est possible de rattacher directement à ce matériel un certain nombre de charges, maintenance, taxes, personnel technique, etc. Il est décidé de traiter globalement ces charges comme directes aux deux produits P3 et P5.

Ci-dessous la requête RDF INSERT qui crée les charges directes convenues:

# fichier à télécharger: xyz009.ttl

# pour P3:
couts:OP3MACH couts:a_charges_externes_P3  235000 ;
              couts:a_Impots_et_taxes_P3  5600 ;
              couts:a_DAP_P3  2100000 .
# pour P5:
couts:OP3MACH couts:a_charges_externes_P5  1766000 ;
              couts:a_Impots_et_taxes_P5  8750 ;
              couts:a_DAP_P5  3210000 .


- Voilà le résultat de la requête "2_4_E.rq" qui calcule le coût total des opérations "spécifiques" de production:

Coût total
des opérations
spécifiques (€)
7 325 350

Coûts des produits

- Voilà le résultat de la requête "2_4_F.rq" qui calcule le coût global total de production:

Coût total des consommations matières + Coût total des opérations de Main-d'œuvre + Coût total des opérations spécifiques = Coût total de Production :

Coût total
de Production (€)
25 349 070

- Voilà le résultat de la requête "2_4_G.rq" qui calcule le coût unitaire de production par produit:

Coût unitaire de production P1 (€) Coût unitaire de production P2 (€) Coût unitaire de production P3 (€) Coût unitaire de production P4 (€) Coût unitaire de production P5 (€)
149,6 163,2 647,675 241 264,23

- Voilà le résultat de la requête "2_4_H.rq" qui calcule le coût unitaire total de la production:

Coût unitaire total
de la production (€)
1465,7

- Voilà le résultat de la requête "2_4_I.rq" qui calcule le coût de la production stockée par produits:

Production stockée P1 (€) Production stockée P2 (€) Production stockée P3 (€) Production stockée P4 (€) Production stockée P5 (€)
0 1 6320 0 241 000 1 321 159,09

- Voilà le résultat de la requête "2_4_J.rq" qui calcule le coût total de la production stockée:

Coût total de la production stockée (€)
1 578 479,09

- Voilà le résultat de la requête "2_4_K.rq" qui calcule le coût des produits vendus:

Coût des produits vendus P1 (€) Coût des produits vendus P2 (€) Coût des produits vendus P3 (€) Coût des produits vendus P4 (€) Coût des produits vendus P5 (€)
149 600 408 000 5 181 400 4 820 000 13 211 590

- Voilà le résultat de la requête "2_4_L.rq" qui calcule le coût total des produits vendus:

Coût total des produits vendus (€)
23 770 590,90

- Voilà le résultat de la requête "2_4_M.rq" qui calcule le coût total des commissions (l'équivalent du coût variable de distribution):

coût total des commissions (€)
1 620 500

- Enfin, ci-dessous le résultat de la requête "2_4_N.rq" qui calcule le coût direct total:

Coût direct total (€)
25 391 090

- Voilà le résultat de la requête "2_4_O.rq" qui calcule le chiffre d’affaires:

Le chiffre d’affaires (€)
40 512 500

- Voilà le résultat de la requête "2_4_P.rq" qui calcule la Marge sur coût direct par produit:

Marge sur coût direct P1 (€) Marge sur coût direct P2 (€) Marge sur coût direct P3 (€) Marge sur coût direct P4 (€) Marge sur coût direct P5 (€)
234 400 372 000 9 626 600 1 324 000 12 228 409

- Voilà le résultat de la requête "2_4_Q.rq" qui calcule la Marge totale sur coût direct:

Marge totale sur coût direct (€)
15 121 409

2.4.5. Le compte de résultat:

Aller au compte de résultat complet de l'exercice comptable


- Voilà le Résultat comptable :

Résultat comptable (€)
5 570 159 €


2.5. Coût complet simplifié

2.5.1. Présentation générale

Cette appellation non labellisée désigne, ici, toutes les variantes de coût complet qui, bien que prenant en compte les coûts des différentes fonctions qui composent l’organisation, ne procèdent à aucune analyse en dehors des coûts directement liés aux produits.
Dans sa version simplifiée, le système de coût complet repose sur une seule unité d’œuvre.
L’ensemble des charges indirectes aux produits est pris en compte à travers un coefficient unique qui vient multiplier, soit la totalité des charges déjà affectées, soit une fraction de celles-ci.
Parmi les exemples les plus courants on relève les deux systèmes suivants :

Mpi + MODi (1 + α) = Cci
ou
(Mpi + MODi) (1 + β) = Cci

Avec :
Mpi = coût direct des matières incorporées au produit i
MODi = coût de la main d’œuvre directe nécessaire à la production du produit i
α = rapport entre le total MOD et les charges indirectes
β = rapport entre le total (MP + MOD) et les charges indirectes.


2.5.2. Architecture

cout complet simplifie

2.5.3. Critères de classement et de jugement

Caractéristiques de la famille de systèmes au regard des critères de structuration interne:

Unités d'analyse Préexistantes Nouvelles
Source des unités d'analyse produit organisation
Homogénéités oui non
Transversalité oui non
Hiérarchisation oui non
Nature des bases d'allocation inputs outputs
Objet de coût unicité multiplicité

Pertinence au regard de la gestion des ressources:

Causalité Faible Forte
Traçabilité Limitée totale
Responsabilité Distincte Fortement liée ?

Pertinence au regard du dialogue avec l’environnement:

Cohérence avec la valeur intrinsèque oui non
Cohérence avec la valeur d’échange oui non
Cohérence avec la valeur utilité oui non

Pertinence au regard des comportements:

Lisibilité faible forte
Aide à l’utilisation incorporée faible forte

2.5.4. Calculs

La machine à calculer



Opérant dans un milieu industriel, l'entreprise xyz de notre étude-de-cas a opté pour l’heure de main d’œuvre directe comme unité d'œuvre.

Ci-dessous la requête RDF INSERT qui crée les charges indirectes de l'entreprise "xyz" à savoir; les charges externes et autres achats, les impôts et les taxes, les salaires, DAP (soit la livraison «rendue au lieu de destination»), les intérêts:

# fichier à télécharger: xyz010.ttl

couts:Charges_Indirectes a rdfs:Class .

couts:Achats_et_charges_externes a couts:Charges_Indirectes ;
                                   couts:a_pour_montant 2325000 .
couts:Impots_et_taxes a couts:Charges_Indirectes ;
                        couts:a_pour_montant 62500 .
couts:Salaires a couts:Charges_Indirectes ;
                 couts:a_pour_montant 7320508 .
couts:DAP a couts:Charges_Indirectes ;
            couts:a_pour_montant 8336000 .
couts:Interets a couts:Charges_Indirectes ;
                 couts:a_pour_montant 453092 .


- Voilà le résultat de la requête "2_5_A.rq" qui calcule le coût total des charges indirectes:

Coût total
des charges indirectes
(€)
18 497 100

- Voilà le résultat de la requête "2_5_B.rq" qui calcule le volume total des unités d’œuvre:

Volume d’UO (heure)
287 600

- Voilà le résultat de la requête "2_5_C.rq" qui calcule le coût unitaire de l’unité d’œuvre:

Coût unitaire de l’UO (€)
64,32

- Voilà le résultat de la requête "2_5_D.rq" qui calcule le coût de revient par produit:

Coût de revient P1 (€) Coût de revient P2 (€) Coût de revient P3 (€) Coût de revient P4 (€) Coût de revient P5 (€)
567,65 388,30 708,83 433,95 366,55

- Voilà le résultat de la requête "2_5_E.rq" qui calcule la marge nette par produit:

Marge nette P1 (€) Marge nette P2 (€) Marge nette P3 (€) Marge nette P4 (€) Marge nette P5 (€)
- 167,65 - 63,30 91,17 - 113,95 163,45

- Voilà le résultat de la requête "2_5_F.rq" qui calcule la marge nette totale:

Marge nette totale (€)
6 297 186,75

- Voilà le résultat de la requête "2_5_G1.rq" qui calcule la variation des stocks de matières :

M1 M2 C1 C2
- 19 680 - 28 000 0 - 20 000

- Voilà le résultat de la requête "2_5_G2.rq" qui calcule la variation de la production stockée:

P1 P2 P3 P4 P5
0 38 830,38 0 433 946,11 1 832 730,54

2.5.5. Le compte de résultat:

Aller au compte de résultat complet de l'exercice comptable



2.6. Tous directs

2.6.1. Présentation générale

Dans ce système non hiérarchisé, toutes les ressources sont affectées sur des unités d’analyse couvrant l’ensemble de l’organisation et se confondant généralement avec les périmètres de responsabilité. Puis, chaque unité d’analyse est dotée d’une base d’allocation qui autorise l’imputation « directe » de toutes les unités sur les produits.

CCi = Mpi + MODi + Σj = 1... n (NbCuoij × Cuoj)

Avec:
Cci : coût complet du produit i
Mpi : matières et composants incorporés au produit i
MODi : consommée par le produit i
Cuoj : coût de l’unité d’œuvre du centre j
NbCuoij : consommation des unités d’œuvre du centre j par le produit i


2.6.2. Architecture

Tous directs

2.6.3. Critères de classement et de jugement

Caractéristiques de la famille de systèmes au regard des critères de structuration interne:

Unités d'analyse Préexistantes Nouvelles
Source des unités d'analyse produit organisation
Homogénéités oui non
Transversalité oui non
Hiérarchisation oui non
Nature des bases d'allocation inputs outputs
Objet de coût unicité multiplicité

Pertinence au regard de la gestion des ressources:

Causalité Faible Forte
Traçabilité Limitée totale
Responsabilité Distincte Fortement liée

Pertinence au regard du dialogue avec l’environnement:

Cohérence avec la valeur intrinsèque oui non
Cohérence avec la valeur d’échange oui non
Cohérence avec la valeur utilité oui non

Pertinence au regard des comportements:

Lisibilité faible forte
Aide à l’utilisation incorporée faible forte

2.6.4. Calculs

La machine à calculer



Dans un système « Tous directs », la consommation et les charges variables sont affectées directement aux produits. Les charges qualifiées d’indirectes sont réparties dans un certain nombre de centres dotés chacun d’une unité d’œuvre permettant de relier ces charges « indirectes », directement aux produits. L’effet recherché est plus au niveau de la responsabilité qu’au niveau de l’homogénéité. On distinguera dans l’exemple trois centres de charges : la fabrication, la commercialisation et l’administration. La différence par rapport au coût complet simplifié tient à la présence de trois unités d’œuvre au lieu d’une seule. L’enchaînement des calculs est identique.

Ci-dessous la requête RDF INSERT qui crée les charges indirectes pour les trois unités d’œuvre : la fabrication, la commercialisation et l’administration:

# fichier à télécharger: xyz011.ttl

couts:Charges_Indirectes a rdfs:Class .

couts:Achats_et_charges_externes_production a couts:Charges_Indirectes ;
                                 couts:a_pour_montant 875600 .
couts:Impots_et_taxes_production a couts:Charges_Indirectes ;
                      couts:a_pour_montant 12400 .
couts:Salaires_production a couts:Charges_Indirectes ;
               couts:a_pour_montant 2134000 .
couts:DAP_production a couts:Charges_Indirectes ;
          couts:a_pour_montant 1867000 .
couts:Interets_production a couts:Charges_Indirectes ;
               couts:a_pour_montant 0 .


- Voilà le résultat de la requête "2_6_A.rq" qui calcule le coût global affecté par unité d’œuvre:

Production (€) Distribution (€) Administration (€)
4 889 000 3 159 550 5 138 550

Remarque:
L’affectation des charges d’administration se fait en fonction des ressources consommées au stade concerné par l’évaluation. Les produits vendus supportent plus de frais d’administration que les produits en stock.

- Voilà le résultat de la requête "2_6_B.rq" qui calcule le coût unitaire de l’unité d’œuvre:

Production (€) Distribution (€) Administration (€)
16,99 0,08 0,16

- Voilà le résultat de la requête "2_6_C.rq" qui calcule le coût de revient des produits vendus:

P1 (€) P2 (€) P3 (€) P4 (€) P5 (€)
338,99 288,66 647,03 368,85 414,21

- Voilà le résultat de la requête "2_6_D.rq" qui calcule la marge nette totale par produit:

Marge nette P1 (€) Marge nette P2 (€) Marge nette P3 (€) Marge nette P4 (€) Marge nette P5 (€)
61 008,71 90 864,60 1 223 777,74 – 977 091,13 5 789 389,31

- Voilà le résultat de la requête "2_6_E.rq" qui calcule la marge nette totale:

Marge nette totale (€)
6 187 942

- Voilà le résultat de la requête "2_6_F1.rq" qui calcule la variation des stocks de matières :

M1 M2 C1 C2
- 19 680 - 28 000 0 - 20 000

- Voilà le résultat de la requête "2_6_F2.rq" qui calcule la variation de la production stockée:

P1 P2 P3 P4 P5
0 25 916 0 339 807 1 830 539

2.6.5. Le compte de résultat:

Aller au compte de résultat complet de l'exercice comptable



2.7. Méthode des centres de responsabilité hiérarchisé

2.7.1. Présentation générale

Dans cette méthode, nous distinguons les centres principaux des centres auxiliaires conduisant à l’élaboration du coût d’un objet unique : le produit ou le service.

Les centres d’analyse coïncident avec un périmètre de responsabilité et se déversent soit par des clés de répartition (centres auxiliaires) ou des unités d’œuvre (centres principaux).
La méthode distingue donc les coûts directs, alloués directement aux produits des coûts indirects qui font l’objet d’un traitement dans le tableau de répartition. C’est la complexité de celui-ci qui différencie les modèles appartenant à cette famille. Le nombre de niveaux de déversement ainsi que les modalités de réallocation des centres auxiliaires en font des systèmes plus ou moins complexes. La réallocation peut être simple, en escalier ou réciproque. Dans le premier cas, les centres auxiliaires ne se déversent que dans des centres principaux. Dans le deuxième cas, les centres auxiliaires se déversent à la fois dans des centres auxiliaires et des centres principaux (répartition dite « en escalier »). Dans le dernier cas de figure, les centres auxiliaires se prestent réciproquement, le solde (égal au montant primaire) continuant à se déverser sur les centres principaux.

Les unités d’œuvre sont, dans la quasi-totalité des cas, issues de la zone des charges directes. Les euros d’achats et les heures de main d’œuvre directe, les jours-homme, les kilos de matières, étant les unités les plus utilisées.


2.7.2. Architecture

Méthode des centres de responsabilité hiérarchisé

2.7.3. Critères de classement et de jugement

Caractéristiques de la famille de systèmes au regard des critères de structuration interne:

Unités d'analyse Préexistantes Nouvelles
Source des unités d'analyse produit organisation
Homogénéités oui non
Transversalité oui non
Hiérarchisation oui non
Nature des bases d'allocation inputs outputs
Objet de coût unicité multiplicité

Pertinence au regard de la gestion des ressources:

Causalité Faible Forte
Traçabilité Limitée totale
Responsabilité Distincte Fortement liée

Pertinence au regard du dialogue avec l’environnement:

Cohérence avec la valeur intrinsèque oui non
Cohérence avec la valeur d’échange oui non
Cohérence avec la valeur utilité oui non

Pertinence au regard des comportements:

Lisibilité faible forte forte au stade de la répartition primaire
Aide à l’utilisation incorporée faible forte faible au-delà de la répartition

2.7.4. Calculs

La machine à calculer



Les charges indirectes sont affectées dans quatre centres de responsabilité dont trois sont principaux et un auxiliaire. Chaque centre principal est doté d’une unité d’œuvre. Le centre d’approvisionnement est alloué par le biais des € consommés et non achetés. Ceci permet d’éviter d’avoir à faire des évaluations de stocks de matières chargés des frais d’ approvisionnement.

Ci-dessous la requête RDF INSERT qui crée les charges indirectes pour: la production, la finition, l’approvisionnement et les frais généraux:

# fichier à télécharger: xyz012.ttl

couts:Charges_Indirectes_MCRH a rdfs:Class .

couts:Achats_et_charges_externes_production_MCRH a couts:Charges_Indirectes_MCRH ;
                                  couts:a_pour_montant 875600 .
couts:Impots_et_taxes_production_MCRH a couts:Charges_Indirectes_MCRH ;
                       couts:a_pour_montant 9500 .
couts:Salaires_production_MCRH a couts:Charges_Indirectes_MCRH ;
                couts:a_pour_montant 1634000 .
couts:DAP_production_MCRH a couts:Charges_Indirectes_MCRH ;
           couts:a_pour_montant 1867000 .
couts:Interets_production_MCRH a couts:Charges_Indirectes_MCRH ;
                couts:a_pour_montant 0 .

- Voilà le résultat de la requête "2_7_A.rq" qui calcule le coût global affecté par centres de responsabilité:

Production (€) Finition (€) Approvisionnement (€) Frais généraux (€)
4 386 100 1 724 050 1 420 320 5 656 630

- Voilà le résultat de la requête "2_7_B.rq" qui calcule la répartition secondaire:

Production (€) Finition (€) Approvisionnement (€) Frais généraux (€)
6 648 752 3 986 702 2 551 646 0

Remarque:
Les frais généraux sont réparties comme suit: 40% production, 40% finition, 20% approvisionnement.


- Voilà le résultat de la requête "2_7_C.rq" qui calcule le coût de l'unité d’œuvre Production:

Coût unit. UO (€)
23,12

- Voilà le résultat de la requête "2_7_D.rq" qui calcule le coût de l'unité d’œuvre Finition:

Coût unit. UO (€)
45,51

- Voilà le résultat de la requête "2_7_E.rq" qui calcule le coût de l'unité d’œuvre Approvisionnement:

Coût unit. UO (€)
0,18

- Voilà le résultat de la requête "2_7_F1.rq" qui calcule le coût de revient des produits vendus:

P1 (€) P2 (€) P3 (€) P4 (€) P5 (€)
355,68 311,00 622,25 392,55 402,45


- Voilà le résultat de la requête "2_7_F2.rq" qui calcule le coût de revient total des produits vendus:

P1 (€) P2 (€) P3 (€) P4 (€) P5 (€)
355 680 808 600 4 978 000 8 243 550 22 134 750

- Voilà le résultat de la requête "2_7_G1.rq" qui calcule la marge nette totale par produit:

Marge nette P1 (€) Marge nette P2 (€) Marge nette P3 (€) Marge nette P4 (€) Marge nette P5 (€)
44 320 35 000 1 422 000 – 1 450 997 6 377 514

- Voilà le résultat de la requête "2_7_G2.rq" qui calcule la marge nette totale:

Marge nette totale (€)
6 427 837

2.7.5. Le compte de résultat:

Aller au compte de résultat complet de l'exercice comptable



2.8. La méthode des Unités de Valeur Ajoutée (UVA)

2.8.1. Présentation générale

La méthode UVA appartient à la grande famille des méthodes reposant sur la notion d’unités équivalentes. Cette pratique est largement utilisée dans l’industrie pour éviter d’avoir à faire un suivi fin de tous les modèles appartenant à une même famille et ne se distinguant que par des modifications mineures. La méthode UVA qui est l’héritière de la méthode GP (Georges Perrin) pousse la logique de l’équivalence jusqu’à sa limite extrême. Elle fait de toutes les entreprises des entreprises monoproductrices d’unités de valeur ajoutée (UVA). Tous les produits ou services sont traduits en équivalent UVA. La méthode de calcul repose sur une hypothèse forte : l’existence de rapports constants entre les coûts des postes de travail érigés en postes UVA.

La mise en œuvre de la méthode commence par une analyse fine du fonctionnement de l’entreprise qui est subdivisée en autant de poste UVA que de postes de travail homogènes. Cela veut dire que dans sa forme la plus pure un poste de travail physique pourra donner naissance à deux ou trois postes UVA, par exemple l’extrudeuse en production, l’extrudeuse en réglage et l’extrudeuse en maintenance. Toutes les ressources consommées sont allouées « directement » à ces postes UVA. Puis, un article, réel ou imaginaire est évalué sur la base de sa nomenclature et du coût des postes UVA qu’il consomme. Enfin, le coût de chaque poste UVA est divisé par le coût de cet article, transformant les coûts en indices UVA.

Ce travail étant terminé, tout est désormais évalué en indice UVA. Pour revenir au coût monétaire il faut déterminer la valeur de l’UVA. Ceci est réalisé en rapprochant le montant des ressources consommées (hors matières) et le total des indices UVA produits. Cette valeur étant connue, on obtient le coût de chaque produit en multipliant son contenu en indice UVA par cette valeur monétaire. Le rapprochement du prix de vente permet in fine d’obtenir une marge par produit ou par commande ce qui est recommandé pour la méthode UVA.


2.8.2. Architecture

Année 0:

annee_0

Année 1:

annee_1

2.8.3. Critères de classement et de jugement

Caractéristiques de la famille de systèmes au regard des critères de structuration interne:

Unités d'analyse Préexistantes Nouvelles
Source des unités d'analyse produit organisation
Homogénéités oui non
Transversalité oui non
Hiérarchisation oui non
Nature des bases d'allocation inputs outputs
Objet de coût unicité multiplicité

Pertinence au regard de la gestion des ressources:

Causalité Faible Forte
Traçabilité Limitée totale
Responsabilité Distincte Fortement liée

Pertinence au regard du dialogue avec l’environnement:

Cohérence avec la valeur intrinsèque oui non
Cohérence avec la valeur d’échange oui non
Cohérence avec la valeur utilité oui non

Pertinence au regard des comportements:

Lisibilité faible forte ?
Aide à l’utilisation incorporée faible forte

2.8.4. Calculs

La machine à calculer



La mise en place de la méthode UVA nécessite une analyse fine de l’ensemble des postes de travail ainsi que la collecte d’informations sur le couple commande/produits. L’objet de coût est en effet non pas le produit mais la commande.
Les postes utilisés par la gamme opératoire sont retenus comme poste UVA mais leur taux n’est pas unique ; le poste OP3MACH, est décomposé en deux postes UVA, l’un correspondant au réglage pour chaque lot de produits et l’autre à son utilisation en phase de production. En dehors de ces cinq postes, on isole sept autres postes. L’ensemble des douze postes UVA recevant la quasi-totalité des charges de la période. La fraction des charges qui ne peut être affectée « directement » sur les postes UVA est considérée comme hors du périmètre de calcul des coûts.

Ci-dessous la requête RDF INSERT qui crée l'affectation des charges par Poste UVA:

# fichier à télécharger: xyz013.ttl

couts:Postes_UVA a  rdfs:Class .

couts:OP1MA couts:Postes_UVA ;
            couts:a_pour_couts_alloues 2309200 ;
            couts:a_pour_unite_emploi couts:h_mod;
            couts:a_quantite_utilisee 1 ;
            couts:a_pour_volume 57000 .

couts:OP2MA a couts:Postes_UVA ;
            couts:a_pour_couts_alloues 1699500 ;
            couts:a_pour_unite_emploi couts:h_mod ;
            couts:a_quantite_utilisee 0 ;
            couts:a_pour_volume 37600 .

- Voilà le résultat de la requête "2_8_A.rq" qui calcule le Taux unitaire par poste UVA:

OP1MA (€) OP2MA (€) OP3MACHR (€) OP3MACHU (€) OP4MA (€) Réception MC (€)
40,51 45,20 8862,75 59,76 26,70 0,09139

Gestion SST (€) Expédition (€) Facturation (€) Préparation des MC (€) Contrôle des produits (€)
0,1 4 514,96 2 791,67 0,07255 6,57

- Voilà le résultat de la requête "2_8_B.rq" qui calcule le Taux de base:

Taux de base (€)
170.27

- Voilà le résultat de la requête "2_8_C.rq" qui calcule les indices de chaque poste UVA:

Indice UVA OP1MA Indice UVA OP2MA Indice UVA OP3MACHR Indice UVA OP3MACHU Indice UVA OP4MA Indice UVA Recep_MC
0,238 0,265 52,05 0,35 0,157 0,000537

Indice UVA SST Indice UVA EXP Indice UVA FACT Indice UVA PREPA Indice UVA CONTRO
0,0005873 26,516 16,395 0,000426 0,0386

- Voilà le résultat de la requête "2_8_D.rq" qui calcule le coût de la production en équivalent UVA par poste:

Volume d’UVA prod P1 Volume d’UVA prod P2 Volume d’UVA prod P3 MVolume d’UVA prod P4 Volume d’UVA prod P5
2 643,25 3 466,58 17 736 15 673,77 78 266,57

Voilà le résultat de la requête "2_8_E1.rq" qui calcule le volume total d'UVA:

Volume total d’UVA prod
117 786

Voilà le résultat de la requête "2_8_F.rq" qui calcule la valeur de l'indices UVA:

Valeur unitaire de l’indice UVA
1,55

Remarque:
Nous pouvons maintenant passer de l’évaluation en unités équivalentes UVA en Euros (€).


Voilà le résultat de la requête "2_8_G1.rq" qui calcule le profit par commande:

Profit commande 1 12 649
Profit commande 2 - 49 120
Profit commande 3 - 374 734
Profit commande 4 89 268
Profit commande 5 623 904
Profit commande 6 -515 439
Profit commande 7 1 525 421
Profit commande 8 4 054
Profit commande 9 79 624
Profit commande 10 1 001 014
Profit commande 11 95 429
Profit commande 12 - 560 645
Profit commande 13 105 050
Profit commande 14 1 568 680
Profit commande 15 30 479
Profit commande 16 - 135 983
Profit commande 17 26 361
Profit commande 18 636 899
Profit commande 19 12 649
Profit commande 20 1 532 109
Profit commande 21 2 681
Profit commande 22 2 049 301
Profit commande 23 10 916
Profit commande 24 511 629
Profit commande 25 81 170

Voilà le résultat de la requête "2_8_G2.rq" qui calcule le profit total:

Profit total (€)
8 375 049

Voilà le résultat de la requête "2_8_G3.rq" qui donne le résultat comptable:

Résultat comptable (€)
6 143 973

Voilà le résultat de la requête "2_8_H.rq" qui calcule le coût de la production stockée:

Production stockée (€)
2 152 292.6

2.8.5. Le compte de résultat:

Aller au compte de résultat complet de l'exercice comptable



2.9. La méthode des sections homogènes

2.9.1. Présentation générale

L’unité d’œuvre est à la fois la mesure de la production de l’atelier et le support de l’allocation des dépenses sur les produits. Bien que d’autres solutions puissent être envisagées (tonnes de fonte, mètre de toile, etc.), c’est l’heure de travail d’exécution qui est utilisée et préconisée comme naturelle. L’unité d’œuvre est à la fois le moyen de synthétiser l’information sur ce qui se passe dans la section et un procédé permettant de différencier aisément le coût des produits en fonction de leurs consommations effectives des ressources.

Le coût de revient de l’unité d’œuvre est un coût moyen obtenu en divisant le coût total accumulé au sein de chaque section par le nombre d’unités (voir supra).

La validité de ce calcul de coût moyen est conditionnée par le caractère homogène des activités réalisées dans la section. Cette homogénéité est définie comme suit :
« Pour être homogène une section est constituée de telle manière que les différentes spécialités professionnelles qui la composent soient en principe employées dans la même proportion sur tous les travaux exécutés par la section et que les éléments de valeurs différentes, y compris les matériels qui s’y rencontrent dans chaque spécialité, soient employés eux-mêmes dans la même proportion sur tous les travaux ».

Cette méthodologie de calcul de coût satisfait aux trois critères qui caractérisent un bon système de coûts : responsabilité traçabilité et causalité. (Même si on peut discuter du traitement des frais d’approvisionnement en fonction de la valeur approvisionnée et des frais d’établissement intégrés au coût des sections.) Les sections sont autonomes, ont un responsable en charge de leur gestion. Les consommations de ressources sont suivies grâce à divers bons, commandes internes et tableaux jusqu’aux fiches de coût de revient comptable. Enfin, la définition de l’homogénéité si elle est respectée, permet d’obtenir, section par section, des coûts qui sont en relation directe avec l’usage effectif qui est fait des moyens.


2.9.2. Architecture

La méthode des sections homogènesC

2.9.3. Critères de classement et de jugement

Caractéristiques de la famille de systèmes au regard des critères de structuration interne:

Unités d'analyse Préexistantes Nouvelles
Source des unités d'analyse produit organisation
Homogénéités oui non
Transversalité oui non
Hiérarchisation oui non
Nature des bases d'allocation inputs outputs
Objet de coût unicité multiplicité

Pertinence au regard de la gestion des ressources:

Causalité Faible Forte
(dans la section homogène)
Traçabilité Limitée totale
Responsabilité Distincte Fortement liée ?

Pertinence au regard du dialogue avec l’environnement:

Cohérence avec la valeur intrinsèque oui non
Cohérence avec la valeur d’échange oui non
Cohérence avec la valeur utilité oui non

Pertinence au regard des comportements:

Lisibilité faible forte
Aide à l’utilisation incorporée faible forte

2.9.4. Calculs

La machine à calculer



- Voilà le résultat de la requête "2_9_A.rq" qui calcule le coût unitaire de l’UO par section:

Coût unitaire Atelier 1 (€) Coût unitaire Atelier 2 (€) Coût unitaire Atelier 3 (€) Coût unitaire Atelier 4 (€) Coût unitaire Approv. (€) Coût unitaire Admin. (€)
17,45 26,54 17,87 8,31 61,10 124,01

- Voilà le résultat de la requête "2_9_B.rq" qui calcule le coûts global d’incorporation des matières:

Coût incorpor. M1 (€) Coût incorpor. M2 (€) Coût incorpor. C1 (€) Coût incorpor. C2 (€)
381 996 8 727 557 3 802 987 1 618 179

- Voilà le résultat de la requête "2_9_C.rq" qui calcule le coût unitaire d’incorporation des matières:

Coût unitaire incor. M1 (€) Coût unitaire incor. M2 (€) Coût unitaire incor. C1 (€) Coût unitaire incor. C2 (€)
13.47 37,26 59,42 26,88

- Voilà le résultat de la requête "2_9_D.rq" qui calcule le coût de la consommation des matières:

Consommation M1 (€) Consommation M2 (€) Consommation C1 (€) Consommation C2 (€)
361 114 8 697 847 3 802 987 1 596 957

- Voilà le résultat de la requête "2_9_E.rq" qui calcule la variation de stocks des matières:

Variation stock M1 (€) Variation stock M2 (€) Variation stock C1 (€) Variation stock C2 (€)
20 882 29 711 0 21 222

- Voilà le résultat de la requête "2_9_F1.rq" qui calcule le coût des produits vendus:

Coût de prod. de la vente P1 (€) Coût de prod. de la vente P2 (€) Coût de prod. de la vente P3 (€) Coût de prod. de la vente P4 (€) Coût de prod. de la vente P5 (€)
280 299 546 755 4 434 308 5 523 800 17 142 250

- Voilà le résultat de la requête "2_9_F2.rq" qui calcule le coût de la production stockée:

Coût de prod. stockée P1 (€) Coût de prod. stockée P2 (€) Coût de prod. stockée P3 (€) Coût de prod. stockée P4 (€) Coût de prod. stockée P5 (€)
0 21 800 0 276 190 1 712 475

- Voilà le résultat de la requête "2_9_G1.rq" qui calcule le coût de revient des ventes par produit:

Coût de revient P1 (€) Coût de revient P2 (€) Coût de revient P3 (€) Coût de revient P4 (€) Coût de revient P5 (€)
345 904 680 016 5 483 992 6 573 484 21 488 597

- Voilà le résultat de la requête "2_9_G2.rq" qui calcule le coût de revient total des ventes:

Coût de revient total (€)
34 571 993

- Voilà le résultat de la requête "2_9_H.rq" qui calcule la marge nette:

Marge nette (€)
5 940 507

2.9.5. Le compte de résultat:

Aller au compte de résultat complet de l'exercice comptable



2.10. Méthode des sections homogènes multiniveaux

2.10.1. Présentation générale

Il s’agit ici du système le plus couramment utilisé. Il distingue deux catégories de sections : les sections principales et les sections auxiliaires, les secondes se déversant dans les premières par le biais de clés de répartition. La mécanique de coût de revient des produits n’est pas modifiée.


2.10.2. Architecture

Méthode des sections homogènes multiniveaux

2.10.3. Critères de classement et de jugement

Caractéristiques de la famille de systèmes au regard des critères de structuration interne:

Unités d'analyse Préexistantes Nouvelles
(pour moitié)
Source des unités d'analyse produit organisation
Homogénéités oui non
Transversalité oui non
Hiérarchisation oui non
Nature des bases d'allocation inputs outputs
Objet de coût unicité multiplicité

Pertinence au regard de la gestion des ressources:

Causalité Faible
(au niveau des produits)
Forte
Traçabilité Limitée totale
Responsabilité Distincte Fortement liée ?

Pertinence au regard du dialogue avec l’environnement:

Cohérence avec la valeur intrinsèque oui non
Cohérence avec la valeur d’échange oui non
Cohérence avec la valeur utilité oui non

Pertinence au regard des comportements:

Lisibilité faible
(si plusieurs niveaux)
forte
Aide à l’utilisation incorporée faible forte

2.10.4. Calculs

La machine à calculer



- Voilà le résultat de la requête "2_10_A.rq" qui calcule le total primaire de la répartition de charges indirectes:

Total primaire Atelier1 (€) Total primaire Atelier2 (€) Total primaire Atelier3 (€) Total primaire Atelier4 (€) Total primaire Approvisionnement (€) Total primaire Administration (€)
994 400 997 800 210 900 1 604 600 836 720 5 024 080

- Voilà le résultat de la requête "2_10_B.rq" qui calcule le total secondaire de la répartition de charges indirectes:

Total secondaire Atelier1 (€) Total secondaire Atelier2 (€) Total secondaire Atelier3 (€) Total secondaire Atelier4 (€) Total secondaire Approvisionnement (€) Total secondaire Administration (€)
1 496 808 2 002 616 3 113 816 3 614 232 1 339 128 0

Remarque:
Les frais d'administration sont réparties comme suit: 10% atelier1, 20% atelier2, 20% atelier3, 40% atelier4, 10% Approvisionnement.


- Voilà le résultat de la requête "2_10_C.rq" qui calcule le coût unitaire de l’UO:

Coût unitaire de l’UO de l'Atelier1 (€) Coût unitaire de l’UO de l'Atelier2 (€) Coût unitaire de l’UO de l'Atelier3 (€) Coût unitaire de l’UO de l'Atelier4 (€) Coût unitaire de l’UO de l'Appro. (€)
26,26 53,26 26,39 18,73 97,79

- Voilà le résultat de la requête "2_10_D.rq" qui calcule le coûts global d’incorporation des matières:

Coût incorpor. M1 (€) Coût incorpor. M2 (€) Coût incorpor. C1 (€) Coût incorpor. C2 (€)
395 204,18 9 029 317,80 3 934 477,20 1 674 129,83

- Voilà le résultat de la requête "2_10_E.rq" qui calcule le coût unitaire d’incorporation des matières:

Coût unitaire incor. M1 (€) Coût unitaire incor. M2 (€) Coût unitaire incor. C1 (€) Coût unitaire incor. C2 (€)
13,94 38,55 61,48 27,81

- Voilà le résultat de la requête "2_10_F.rq" qui calcule le coût de la consommation des matières:

Consommation M1 (€) Consommation M2 (€) Consommation C1 (€) Consommation C2 (€)
373 560 8 998 579,69 3 934 477,20 1 652 137,04

- Voilà le résultat de la requête "2_10_G.rq" qui calcule la variation de stocks des matières:

Variation stock M1 (€) Variation stock M2 (€) Variation stock C1 (€) Variation stock C2 (€)
21 604,96 30 738,10 0 21 955,79

- Voilà le résultat de la requête "2_10_H.rq" qui calcule le coût des produits vendus:

Coût de prod. de la vente P1 (€) Coût de prod. de la vente P2 (€) Coût de prod. de la vente P3 (€) Coût de prod. de la vente P4 (€) Coût de prod. de la vente P5 (€)
395 863 690 497.5 5 572 976 6 272 600 19 746 500

- Voilà le résultat de la requête "2_10_I.rq" qui calcule le coût de la production stockée:

Coût de prod. stockée P1 (€) Coût de prod. stockée P2 (€) Coût de prod. stockée P3 (€) Coût de prod. stockée P4 (€) Coût de prod. stockée P5 (€)
0 27 620 0 313 630 1 974 650

- Voilà le résultat de la requête "2_10_J.rq" qui calcule le coût de revient des ventes par produit:

Coût de revient P1 (€) Coût de revient P2 (€) Coût de revient P3 (€) Coût de revient P4 (€) Coût de revient P5 (€)
411 863 722 997,5 5 828 976 6 528 600 20 806 500

- Voilà le résultat de la requête "2_10_K.rq" qui calcule le coût de revient total des ventes:

Coût de revient total (€)
34 298 936.5

- Voilà le résultat de la requête "2_10_L.rq" qui calcule la marge nette:

Marge nette (€)
6 213 563,5

2.10.5. Le compte de résultat:

Aller au compte de résultat complet de l'exercice comptable




3. LES MODÈLES "NON-CONVENTIONNELS" (ABC)


Activity-based costing (ABC)



La famille des modèles de coûts à base d’activités (ABC) forme un ensemble de neuf systèmes différenciés comme suit:

1 - Modèle ABC 000

2 - Modèle ABC 001

3 - Modèle ABC 010 (orientation fonctionnelle)

4 - Modèle ABC 011 (hiérarchisé orientation processus créateurs de valeur)

5 - Modèles ABC 100

6 - Modèles ABC 101

7 - Modèle ABC 110 (orientation fonctionnelle)

8 - Modèle ABC111

9 - La méthode MBM (Management By Methods)


Tous les modèles ABC et leurs calculs de coûts correspondants
sont DISPONIBLES:

pour une mise en production facile.



Annexe 1


Nomenclature technique des produits

Tableau 2:

Nomenclature technique des produits

Les données de la nomenclature sont en unités physiques, poids ou longueur pour les matières M1 et M2, nombre de composants par produit pour les composants C1 et C2. Pour ce qui concerne la sous-traitance, il s’agit d’une opération spécifique à P4.




Gamme opératoire des produits

Tableau 3:

Gamme opératoire des produits

Les données de la gamme opératoire sont en unité de temps. Il s’agit de temps opératoires humains pour les opérations 1, 2 et 4 et de temps opératoires machines pour l’opération 3.




Volumes produits et vendus

Tableau 4:

Volumes produits et vendus


Évaluation de la consommation

Tableau 5:

Évaluation de la consommation

remarque:
Connaissant les prix unitaires des matières, des composants et de l’opération sous-traitée, nous pouvons en déduire le montant des consommations, tant unitaires que globales.




Coût des opérations

Tableau 6:

Coût des opérations

remarque:
Les opérations manuelles sont évaluées au coût horaire (salaires et charges sociales) de la main d’œuvre concernée et le coût machine est déterminé sur la base de la valeur de l’équipement et de sa durée de vie utile.
Il ne sera pas tenu compte de la réglementation fiscale pour l’évaluation des stocks, celle-ci sera réalisée sur la base de chaque système. L’entreprise xyz fonctionne en juste à temps et ne procède pas à l’évaluation de ses stocks d’encours, faisant l’hypothèse de leur stabilité.




Caractéristiques des commandes

Tableau 7:

Caractéristiques des commandes


Analyse des commandes clients

Tableau 8:

Analyse des commandes clients


Articulation commandes/clients

Tableau 9:

Articulation commandes/clients






Annexe 2


Le montant total de la consommation unitaire de la matière M1:

Résultat 1:

Total (€)
"340 320"



Tous les montants totaux des consommations unitaires de toutes les matières:

Résultat 2:

Total M1 (€) Total M2 (€) Total C1 (€) Total C2 (€) Total SST (€)
"340 320" "8 197 000" "3 584 000" "1 505 000" "840 000"



Le montant total de la consommation globale:

Résultat 3:

Total (€)
"14 466 320"



Le montant total du coût de l'opération OP1MA:

Résultat 4:

Total (€)
"889 200"



Tous les montants totaux des coûts unitaires de toutes les opérations:

Résultat 5:

Total OP1MA (€) Total OP2MA (€) Total OP3MACH (€) Total OP4MA (€)
"889 200" "545 200" "5 310 000" "2 123 000"



Le montant total (global) de tous les coûts d'opérations:

Résultat 6:

Total (€)
"8 867 400"


















Le Monde Sémantique améliore la Vie des Entreprises.

Le Monde sémantique logo


Copyright © 2018-2021